Menu

Canard looke OK

Coin-Coin :

Un blog pour traiter de l’actualité, l’apprivoiser, la caresser, la détourner, l’amadouer,
la fustiger pour mieux la soigner, l’adoucir, la nourrir et l’apaiser.

Canard looke OK

 

Coin-Coin :

Un blog pour traiter de l’actualité, l’apprivoiser, la caresser, la détourner, l’amadouer,
la fustiger pour mieux la soigner, l’adoucir, la nourrir et l’apaiser.

Coin-Coin :

Un blog pour traiter de l’actualité, l’apprivoiser, la caresser, la détourner, l’amadouer,
la fustiger pour mieux la soigner, l’adoucir, la nourrir et l’apaiser.

Cart

Au nez et à la barbe

Par un beau dimanche pluvieux de début de semaine, Zeph, dans sa voiture bleue couleur nuit, passait en revue le répertoire de ses chanteurs-poètes préférés.

La tête toujours bien tenue, le bout de la langue rabattue sur ses incisives inférieures afin d'avoir un port de mâchoires parfait, Zeph envisageait chacune de ces chansons, crachées par les haut-parleurs humides de son carrosse vert, en imaginant laquelle ferait le plus son effet lors de son enterrement.
Il frissonnait à l'écoute des premières notes de "La nuit je dis tout" d'Ali Shung, ou pire celles de "Mistral aux dents" de Renard, voyant déjà les convives de noir vêtus essayer de faire la culbute entre son histoire et les paroles. 
Ému, Zeph pleura. Voulant rester digne malgré tout, il fit couler ses larmes par ses oreilles pour que ça se voie moins.

Les enceintes maintenant trempées, le son s'en trouvait détérioré. Zeph s'arrêta brusquement, les démonta et les posa sur le toit d'une voiture adjacente au camion qui se trouvait sur sa droite pour les faire sécher. Il ne voulait pas mouiller la sienne et risquer d'abîmer sa belle peinture grise.

Dans l'attente, Zeph s'assit par terre et regarda une famille de fourmis se disputer, cela le distraya trois bons jours. Lorsqu'il se décida à reprendre la route, il s'aperçut que ses enceintes avaient disparu. En effet, il ne le saura jamais, mais les fourmis avaient tout manigancé, elles étaient des comédiennes sévissant pour la pègre locale. La milice du coin, bien qu'au courant de ces menus larcins, ne faisait rien. La région étant recouverte de vergers, elle préférait donc s'attaquer aux voleurs de pommes et par là même faire croquer ses amis.

Remonté dans sa voiture, Zeph jeta un regard dans le rétroviseur qui tomba sur le sien, ce qui fut quelque peu douloureux. Dans sa chute, le regard heurta un stylo. Comme une évidence Zeph le prit et s'équipa d'une feuille blanche d'un arbre qui traînait derrière son siège. Il y écrivit les lignes suivantes :

"Par un beau dimanche pluvieux de début de semaine, Zeph, dans sa voiture bleue couleur nuit, passait en revue le répertoire de ses chanteurs-poètes préférés. La tête toujours bien tenue, le bout de la langue rabattue sur ses incisives inférieures afin d'avoir un port de mâchoires parfait, Zeph envisageait chacune de ces chansons, crachées par les haut-parleurs humides de son carrosse vert..."

Peu après avoir couché et bordé ces maux, la fatigue le saisit par l'épaule. Pour s'en défaire Zeph se débattit, l'attrapa par le col black et lui asséna trois coups rageux. Rien n'y fit...Par désespoir, de cause à effet, il sortit de son chapeau une huile à barbe le torréfacteur, en but trois gouttes...Le résultat fut immédiat, il était ragaillardi, ses cernes descendirent dans ses poches en attendant de pouvoir à nouveau menacer ses yeux.

Fier de lui, il s'installa sur la banquette arrière à côté du papyrus et s'endormit apaisé à l'ombre de ses tourments, le sourire au nez et à la barbe...

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

logo fil

Paiements

Expéditions

Le cercle des barbus disparus

facebooktwitter
InstagramPinterest

Livraisons

Paiements

Le cercle des barbus disparus

facebooktwitter
InstagramPinterest

Log In or Register

fb iconLog in with Facebook